Loi scélérate française - « bienfaits » de la colonisation et de l’esclavagisme français

Publié le par Rafic Soormally

Loi scélérate française qui impose l’enseignement public

des « bienfaits » de la colonisation et de l’esclavagisme français

 

« More than 1,000 historians, writers and intellectuals have signed a petition demanding the repeal of a new law requiring school history teachers to stress the "positive aspects" of French colonialism.  "In retaining only the positive aspects of colonialism this law imposes an official lie on massacres that at times went as far as genocide, on the slave trade, and on the racism that France has inherited," says the petition, which has also been signed by one of France's best-loved humorists, Guy Bedos, and a leading film director, Patrice Chérau. »

French angry at law to teach glory of colonialism », Jon Henley, The Guardian Friday April 15, 2005]

 
 

Le Guardian du 15 avril 2005

 

 

Du « révisionnisme-négationisme » légalisé quand cela arrange les Fransionistes (Français sionisés), avec la complaisance totale de la nation laïco-marxiste !!!  Mais, la nouvelle est excellente, car nous avons de nouveau la preuve, grâce à cette loi scélérate, de la totale déconfiture de l’intelligenstsia et de l’appareil d’état de la France laïco-républicaine qui est devenu complètement maboule ; une France arrogante grâce à sa possession d’armes de destruction massive !  Glorifier, célébrer et remercier les auteurs des viols en masse, des génocides colonialistes, du pillage des terres d’Afrique, d’Asie et d’Océanie, de l’esclavage des Africains (« nègres » musulmans, animistes et autres), des Asiatiques (hindouistes, musulmans, bouddhistes, etc), mais quelle intelligence !  La France de la pensée unique !   

 

 Dire que la sacro-sainte laïcité française est bel et bien un des fondements de la république post-révolution française, mais la France ne cesse de déroger à ce principe pour promouvoir son propre racisme athée et continuer ses propres préjugés.  Le Gloria in Excelsis Deo est devenu, en un siècle de laïcité à la carte, la Gloire à la Colonisation, cet hymne à l’esclavagisme et au racisme français. 

 

La laïcité ne reconnaît au niveau du gouvernement français ni l’existence des religions, ni les races et ni les communautés.  La laïcité préconise l’intégration des minorités dans la culture française.  Mais dans sa politique colonialiste et esclavagiste, la France reconnaissait les communautés et races dites inférieures aux Français dans sa mission dite « civilisatrice ».  C’est dans cette optique qu’elle légiféra le 23 février 2005 afin d’imposer sur les enseignants l’enseignement des « aspects positifs » du colonialisme (colonialisme = vol des terres appartenant à autrui, esclavagisme, génocide, pillage, destruction de civilisations, néo-esclavagisme, néo-colonialisme, etc).  En réalité, la France continue à réécrire l’histoire en sa faveur en la faussant.

 

 

Quel holocauste ?

 

Le Guardian du 15 avril 2005 fait aussi état du suivant : « Laws governing how certain periods of history should be taught in French schools have been passed before : a 1990 law outlaws denial of the Holocaust [..] »

 

Pour être reconnu comme un holocauste, il faut qu’il y ait des crimes d’envergure contre des humains, soit « a huge slaughter or destruction of life » , [v. Chambers].   À travers l’histoire, il y a eu plusieurs holocaustes, par exemple, dans l’histoire récente, l’holocauste des Américains indigènes et des Australiens indigènes par les Anglo-Saxons, l’holocauste des Africains noirs par les esclavagistes européens, l’holocauste des Congolais durant l’occupation Belge, l’holocauste des Vietnamiens durant les attaques françaises et américaines des années 60 et 70, l’holocauste des Algériens durant l’occupation de l’Algérie par les impérialistes et colonialistes français, l’holocauste des Ukrainiens par Staline, l’holocauste des Soviétiques lors de la Seconde Guerre Mondiale où 20 millions furent massacrés par les Allemands, l’holocauste des Japonais à Hiroshima et Nagasaki par des bombes nucléaires américaines, l’holocauste des Palestiniens par les occupants européens « judéo nazis sionistes » pour créer un état juif dans et à la place de l’État de la Palestine en 1948, l’holocauste des populations musulmanes de l’Asie Centrale par les Soviétiques et sino maoïstes, l’holocauste des Musulmans des Balkans par les Serbes, l’holocauste des Afghans, des Irakiens, des Iraniens, des Sud-américains, etc, en raison de la politique d’expansion et belliqueuse des Etats-Unis d’Amérique.  À lui seul le roi Léopold de Belgique avait massacré près de dix millions de Congolais dont on ne parle jamais !

 

Mais, la France ne reconnaît qu’un seul et unique holocauste, l’holocauste des Juifs européens par les Allemands durant la Seconde Guerre Mondiale [1936-1945].  Il serait intéressant de voir quand le Hollywood juif américain avait pour la toute première fois fait un film sur « l’Holocauste juif » !  En fait, le mot holocauste est devenu synonyme de Juif (‘religion et race pure’), tout comme le terme « sémite », alors que « sémite » comprend aussi les Arabes (nation multiraciale).  Environ 6 millions de Juifs, d’après certaines sources, ont péri, mais beaucoup moins selon d’autres sources.  Certains se demandent aussi si cet holocauste-là avait réellement eu lieu, car la différence entre le nombre de Juifs européens avant et après la Seconde Guerre, excluant ceux qui émigrèrent durant cette période, ne remonte qu'à environ un million d'après certaines statistiques (v. les statistiques de la Ligue des Nations et de l’ONU).   Ne voulant pas entendre l’autre son de cloche, la France avait légiféré en 1990 qu’aucune personne n’avait le droit de disputer l’holocauste juif, à l’exclusion de tous les autres holocaustes ; loi, bien évidemment discriminatoire.  Dans un pays qui se prétend laïque, nous trouvons des localités à connotation religieuse, des écoles publiques, des hôpitaux, des rues, des vacances scolaires, des jours fériés, etc.  Ainsi nous trouvons « Villejuif », mais non ‘Villemusulman’ alors qu’il y a plus de dix fois plus de Musulmans que de juifs en France, ou ‘Villecatholique’ alors que les Catholiques sont en majorité dans le pays. Il est curieux de noter que l’hôpital « Hôtel-Dieu » a conservé son nom alors que l’hôpital «Franco-Musulman » est devenu « l’Hôpital Avicenne ».  Le vrai nom d’Avicenne, le Père de la Médecine moderne, est Ibn Sina, dont le Canon de Médecine fut utilisé par les universités européennes pendant plusieurs siècles jusqu’à tout récemment.    

 

Si la France impose aujourd’hui l’enseignement des ‘bienfaits’ du colonialisme, doit-on comprendre qu’elle impose aussi aux Français l’enseignement des ‘bienfaits’ des holocaustes perpétrés sous le colonialisme français et européen ?  Les « Bienfaits de l’Holocauste Nazi !!!  L’aspect positif de l’Holocauste nazi !!!»  S’agit-il aussi de cela ???  

 

 

Créolité – dérogation à la laïcité

 

Cette loi malsaine aura certainement des retombées néfastes dans les néo-colonies françaises, telles, la Martinique, la Guadeloupe, la Réunion, la Guyane, la Calédonie, les pays d’Afrique encore sous domination française, etc.  Les habitants d’origine africaine de ces colonies souffraient, ou souffrent toujours, d’une crise identitaire émanant de l’esclavage, cet holocauste qui les ont privés de leurs noms, langues, cultures, religions, pour les remplacer par une autre culture issue de l’esclavage qu’est la culture « créole nègre », etc. (v. Larousse).  Pour les empêcher de rechercher et d’adopter leurs véritables langues et cultures africaines, malgaches, comoriennes et indiennes, la France mis en œuvre, en dérogation à sa laïcité, la politique de la créolité (dont, le créolisme, la créolitude, le parler créole) tout en ‘reconnaissant’ la communauté dite créole dans ses colonies comme une entité à part des autres ethnies (et supérieure !), et même en France.  Cette politique discriminatoire qui divise ne devrait pas affecter Maurice cependant, car la France se vit ravir l’ex-Isle de France par les Anglais en 1810.

 

Les intellectuels forcés d’enseigner les ‘bienfaits’ du colonialisme esclavagiste aux habitants d’origine africaine des néo-colonies françaises se verront sûrement opposer et réprimander par la population qui ne craint pas le terrorisme culturel de la France.  Cela ne peut que provoquer, à la longue, l’instabilité sociale dans ces pays, même si la France compte utiliser ses armées pour renforcer son racisme d’état sur des populations étrangères.  La France est devenu malheureusement une nation à pensée unique !  Le citoyen français n’a plus le droit de penser autrement ou de choisir sa propre identité.

 

 

Le ‘Sikh Personal Law

 

En Angleterre, il existe des statutory laws qui protègent les spécificités des personnes de la religion Sikh.  À Maurice, il existait des lois similaires en la Muslim Personal Law (MPL) issues de la Shari’a islamique, protégeant les spécificités des Mauriciens de foi islamique en ce qui concerne le Family Law.  Comme prévu dans le manifeste électoral de septembre 2000, ces lois (avec des amendements) reviennent aujourd'hui sur le tapis pour être promulgué au parlement mauricien.

 

De telles lois ne sont pas possibles sous un système laïc.  Le séjour à Maurice du Premier Ministre de l’Hindoustan, le Dr Manmohan Singh, affiche ouvertement sa foi religieuse qu’est le Sikhisme car il est protégé sous le système séculier indien, même si ce système n’adopte aucune religion d’état, mais la tenue vestimentaire sikh du Dr Manmohan Singh n’est pas acceptable en France dû à l’intolérance proverbiale de cette dernière.  Aujourd'hui même, 19 avril 2005, au nom de la laïcité, la demande de trois lycéens sikhs, Bikramjit Singh, Ranjit Singh et Jaszir Singh, et âgés de 5, 17 et 18 ans, pour être réintégrés au lycée Louise-Michel de Bobigny (Seine-Saint-Denis) fut rejetée par le tribunal administratif de Melun (Seine-et-Marne) parcequ'ils refusaient de venir tête nue en classe, conformément à leur foi sikh.

 

L’Hindoustan a échappé à cette nouvelle loi française, foncièrement discriminatoire et honteuse, au sujet des ‘bienfaits’ du colonialisme français, mais tel n’est pas le cas encore dans les « ex-colonies » françaises du Maghreb, comme l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, ces quasi-dictatures françaises et francophones qui ne cessent d’opprimer leur peuples, où s’intégrer veut dire s’intégrer dans la monoculture française et non dans les pluri-cultures algérienne, marocaine ou tunisienne.

 

 

Conclusion

 

Pour conclure, je ne peux que citer un autre extrait du Guardian du vendredi, 15 avril 2005 : « Mr Noiriel said the law was "all the more dangerous" because of attempts by certain interest groups to "confiscate history for their own ends".  He added : "It can only contribute to a feeling of humiliation.  It is directly opposed to the policy of integration the government claims to be implementing". »

 

De quels « interest groups » s’agit-il ?  Bien sûr de Juifs sionistes !  Fausser ainsi l'histoire (ainsi que la manipulation médiatique) est de nos jours une réalité française et anglo-saxonne.  Les pro sionistes parlent de la 'création' d'un état palestinien côte à côte avec l'état d'Israël, mais non de la légalité imposée d’un état brutal, terroriste, et raciste juif sioniste au sein ou à la place de la Palestine grâce à leur politique de génocide, de nettoyage ethnique des Palestiniens.  Les Afghans qui se battent contre l'occupation anglo-saxonne sont systématiquement diabolisés et référés comme des 'islamistes' et des 'terroristes', et non comme des mujahidines (freedom fighters) comme quand ils se battaient, avec le soutien des USA et de la France, contre l'occupation russe.  Ce même phénomène se reproduit aujourd’hui en Iraq occupé.  De la même façon, les Magrébins qui sont contre la déculturisation (désarabisation et désislamisation) de leurs pays par les Français sont taxés d’ 'islamistes' ou ‘d’intégristes’, termes barbares et de dénigrement fabriqués par les racistes européens.

 

Quand les leaders européens parlent d'intégration, ils veulent dire l'intégration des minorités dans leurs cultures européennes respectives.  Mais ces mêmes Européens ne sont pas disposés à s'intégrer dans les cultures hindoustannaise, arabe, africaine, où ils sont des minorités.  Au contraire, ils veulent que ces majorités-là s'intègrent à leurs cultures à eux, parlent leurs langues et adoptent leur civilisation décadente, celle de la race blanche dite supérieure, réminiscence du nazisme hitlérien ou du néo-sionisme international (néo-nazisme).  Lord Hailsham n’a-t-il pas dit que la démocratie occidentale était une dictature élue par le peuple?  Il n’avait pas inventé le terme "elective dictatorship", car les Musulmans et les Chrétiens l’enseignaient déjà.  Toute démocratie débouche inévitablement sur une dictature, nous disait le Dr Kent Hovind, qui se dit évangéliste et baptiste fondamentaliste. La France est une fausse république car elle empiète sur la liberté d’expression de certains groupes, monopolise le débat intellectuel, s’oppose à la pratique libre de la religion de son choix, viole le droit de certaines minorités, pratique la discrimination ouvertement, déforme et fausse l’histoire, glorifie le colonialisme, et davantage.  La France est un état fasciste.

 

M Rafic Soormally

Londres

19 avril 2005

 

 

Publié dans antiilluminati

Commenter cet article